Cours de peinture à l’huile : Paysage

 

Cours de peinture: Paysages

Après ce printemps exceptionnellement pluvieux nous avons enfin pu pratiquer notre cours d’huile en extérieur

Cette semaine malgré une matinée fraiche et terne nous avons pu enfin prendre nos chevalets de campagne et nos tube d’huile pour nous installer dans un petit village des alentours: Salvezou.

Dans le centre du village nous avons pu nous installer facilement tout en profitant d’une très belle vue sur les champs avec en arrière plan des habitations et des arbres, j’ai pensé que cela nous permettrait de belles compositions mais aussi nous donnerait l’opportunité de travailler les couleurs de sorte qu’elles contribuent à l’effet de distance.

Dans l’atelier nous avions travaillé sur la construction de la composition et  réfléchi sur les problèmes auxquels nous serions confrontés. L’horizon est un problème particulier pour le peintre paysagiste. Pour arriver à obtenir une composition intéressante et balancée il peut être utile de guider les yeux dans d’autres directions en coupant les horizontales grâce à des courbes et des couleurs.

Dans cet excellent blog :  https://blog.mitchalbala.com Michel Albala un paysagiste américain parle de « Notan » un terme japonnais qui se traduirait par « l’harmonie des clairs et foncés ».

Voici une composition simplifiée de ces masses de couleurs qui vont servir de base à notre composition.notan2

 

Lorsque nous travaillons d’après un paysage il est vraiment très utile de prendre le temps de travailler sur de petits croquis afin de placer les les masses dominantes et de voir si elles s’accordent ensembles, à la manière d’un puzzle.

Cette évaluation des valeurs tonales est plus facile à faire en fermant à moitié les yeux de manière à oublier les détails.

 

salvazou-colour

J’ai utilisé Photoshop pour reproduire dans deux petits cercles que j’ai mis en bas à gauche de la photo, les couleurs des arbres du fond de l’image et de l’herbe au milieu du pré, pour les comparer avec la couleur de l’herbe du premier plan. On peut ainsi voir de manière plus aisée les différences, respectivement plus bleue et plus jaune. Le but n’étant pas de vouloir absolument respecter toutes les nuances mais de bien être conscient des différentes tonalités , ce qui n’est pas évident devant tant de verts.

Exagérer les couleurs dans un paysage peut aider à balancer, à donner un intérêt à un paysage.

 

J’ai travaillé sur bois, avec apprêt en 20×20, sur une couche d’huile humide couleur saumon. La sous couche encore humide m’oblige à avoir des geste rapides et légers pour éviter à l’huile de devenir « pâteuse », « boueuse ».

details paysage huile salvezou

Détail

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *